Le président tenait à récompenser le noyau de joueurs qui les avait emmenés en finale sans pour autant exclure les renforts du dernier match. Aux 13 titulaires qui ont joué les rencontres éliminatoires et remporté la coupe Thiery, se sont officieusement ajoutés, Passet et Revenu (qu'on appelait déjà Papi), deux jeunes et talentueux renforts. Des cadets surclassés qui n’ont remporté qu’une des deux coupes, celle qui récompensait les vainqueurs. Ils n’ont pas eu droit à la coupe impeccable du costume Thiery qui habillait l’équipe. Une coupe et un coloris classique. Du bleu qui valorisait les cravates rouges et blanches aux couleurs Floiracaises.

C’est dans cette tenue classe et avec Mr PICOT (Directeur des établissements  Thiery) que SINSOU.P/ MANCHADO/ BALANDIN/ TAPAS/ PERALES/ DUBOURG/ GLENAT/ MOESSARD/RAYMOND/ ESTEVES/ LARRIEU/ SINSOU.R/ REDIN/ CASTAGNET embarquèrent à Bordeaux Saint Jean pour un périple inoubliable. Les jeunes Passé et Revenu (allias Papi) ne sont pas sur la photo officièlle mais étaient du voyage. 

départ Paris sépia 1961Avec le Drapeau, qui n’était pas un fanion mais un train, ils rallièrent Paris dans des conditions fort agréable. De la rapidité, du confort, du service. Un service gastronomique du midi qui régalait leurs papilles et leurs estomacs. Les cigares de fin de repas étaient pour les dirigeants. Les sportifs s’abstenaient. Ils avaient un match à disputer le lendemain contre les séniors de l’équipe corporative des établissements Thierry.

montage paris 1961 sépiaArrivés Gare d'Austerlitz en fin d'après-midi, le voyage ne s'arretait pas pour autant. Ils eurent droit à une visite de la capitale en bus panoramique. Un agréable périple parisien prélude à une soirée cabaret à "L’orée du bois". Des tables en bord de scène et un spectacle de grande qualité terminait la soirée avant un sommeil réparateur et récupérateur à l'Hôtel Terminus dont le nom ne signifiait pas la fin mais le début d’une journée chargée. L'établissement dont les trois étoiles n’étaient pas galvaudées, les accueillait  pour une nuit écourtée avant qu'ils ne rejoignent le Stade où les attendaient un copieux petit déjeuner et des séniors corporatifs qui n'avaient pas envie de s'en laisser conter par une bande de gamins venus de la banlieue bordelaise. Ils en prirent plein les filets. La classe et la technique n'a pas d'âge. La victoire de nos juniors (épaulés par des cadets) était amplement méritée.  

 

 

finale coupe de france Sedan nimes 02

Fin de partie mais pas fin de matches. L’après-midi il y en avait trois autres en spectateurs. C’etait moins éprouvant physiquement, mais il fallait se les enquiller. La pause-déjeuner à la mi-temps de la journée était la bienvenue. Ambiance festive, amicale et sportive. C’était moins convivial sur la pelouse du Stade de Colombes où les Sedanais et les Nîmois en décousaient pour s’approprier un trophée qui à cette époque avait une véritable signification. La coupe de France possédait une aura et un prestige que les nouvelles générations ne peuvent pas imaginer. Les Sedanais remportèrent ce match 3 buts à 1 mais ce n’était pas fini. En clôture il y avait la finale des sélections régionales cadets alors qu’en lever de rideau c’était la finale de la coupe Gambardella qui avait ouvert le spectacle. 

Les juniors du SAB Floirac vécurent un week-end mémorable qui se prolongeât par un retour festif en train de nuit.  

C'est avec des images et des souvenirs plein la tête, qu'ils debarquèrent au petit matin du lundi 8 mai en gare Saint Jean laissant la place ouverte à une autre équipe qui ne sera pas Floiracaise. Les vainqueurs de la coupe Thiery ne peuvent pas participer au tournoi l'année qui suit leur victoire.

 

 

  

 

sab contre thierry sépia redimensionnéeOn peut voir sur cette photo que nous envoyé Joseph* Estèves, l'équipe du SAB Floirac qui affronta le CS Thiéry corpo à PARIS le 7 mai 1961, regroupée à droite de la photo, c'est à dire à gauche de Miss Thiéry qui les honorait de sa présence. Pas besoin d'être ambidextre et encore moins daltonien pour identifier les Floiracais. Ils portent le maillot historique du SAB avec la bande poitrinaire rouge sur fond blanc qu'on peut avec peu d'imagination visualiser sur ce cliché monochrome.  

Debout de gauche à droite : BALANDIN / GLENAT/ PERALES/ MANCHADO/ REDIN/ LARRIEU/ RAYMOND/ HOLZACK/ CASTAGNET/ DUBOURG

Accroupis de gauche à droite : ESTEVES/ REVENU/ SINSOU.R/ SINSOU.P/ TATAS/ MOESSARD/ PASSET LACROUST

 

 

*Joséph Estèves qui nous a adressé les photos et les commentaires de l’article du 2 juin sur les vainqueurs de la coupe Thiery 1961, complète cet événement avec des infos et des photos de leur séjour Parisien. Pour ceux qui s'interrogent sur l'orthographe de son prénom, je tiens à préciser qu'il n'y a pas d'erreur. C'est bien Joseph mais tout le monde l'appellait Rossé. C'était à l'époque une prononciation naturelle pour les habitants du quartier Jean Jaurès où résidait une forte population hispanique.