les enfants de Léo et de Lébas de Garonne

23 avril 2019

cent ans de foot à Floirac

 

presentation centenaire 3 et 4 montage 02

Nous n'avons pas attendu le centenaire du foot Floiracais pour publier des photos et des articles sur les équipes mythiques du siècle dernier que vous pouvez retrouver en naviguant dans la rubrique SAB ET CMF foot de ce blog ou en cliquant sur lien ci dessous pour un accés direct.

http://memoirequartier.canalblog.com/archives/sab_et_cmf_foot_/index.html

 

 

Les deux Photos ci-dessous représentent deux époques qui pour les jeunes générations semblent être à des années lumières de leur univers. La première, est la plus ancienne que j'ai pu trouver pour illustrer cette commémoration. Elle doit dater des années vingt (1920 bien entendu). La seconde photo met en avant une équipe de copains de 16 et 17 ans. Des natifs de 1947 et 48 qui représentent parfaitement l'esprit sportif de la jeunesse d'un quartier qui ne vivait que pour le foot à une époque où les terrains d'entrainements et de compétitions étaient situés au cœur de l'avenue Jean Jaurès.

L lfoot années 30 sépia

 

cadets SAB Floirac 1963 1964

Cadets 1963/64

Debouts: Charles,Sanz,Just,X,Lacroix,Olsak,Rougier,Gracia

Accroupis:Ramos,Peres,Guillou,X,Caboblanco(Denis)

 

 

Posté par memoirequartier à 05:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 avril 2019

Alain Berger

 

A Floirac dans les années soixante il n’y avait pas que le foot, même si nous l’avons tous pratiqué avec plus ou moins de réussite. C’était incontournable. Heureusement, certains d’entre nous ont pu s’extirper de cette emprise collective pour s’affirmer et réussir dans d’autres sports. C’est le cas d’Alain Berger que je n’ai pas côtoyé uniquement sur les bancs de l’école (voir les photos dans ce blog à la rubrique les enfants de Léo … ). Nous faisions partie de la même bande de potes qui en dehors des sorties dominicales s’affrontaient à la régulière (au grand désespoir de ma Mère) dans la cour cimentée de la maison de mes parents. Mes frangins étaient de la partie. Les cousins, les voisins et les copains également. Certains d’entre vous qui me lisez et me suivez sur ce blog (je ne citerai pas de noms) doivent se souvenir de leur nez ensanglantés ou de leurs yeux tuméfiés. De bons souvenirs, même si nos gants de boxe au cuir usé avaient dépassé leurs dates de péremption et nous râpaient les visages. Les protèges dents n'étaient pas obligatoires. Il n’y avait ni arbitre ni entraineur, ni soigneur mais seulement de l’amitié pour nous refréner et nous contrôler. Du respect sportif. Un code d’honneur naturel dont je suis certain qu’il perdure pour tous ceux qui ont vécu ces joutes amicales.

 

Alain Berger Portait

ALAIN

BERGER

Ceinture noire 2eme dan.

 

Champion d’aquitaine 1976/77 en Karaté.

Champion d’Aquitaine en Karaté contact en 1980.

Vainqueur en équipe de la coupe de France 1978 et Finaliste de la coupe d’Europe 1979 par équipe avec le club de Parentis en Born.

  

coupe de france Prentis vainqueur 1978

 

Revenons notre figure du jour, Floiracais de naissance et de cœur. Alain Berger a réussi un parcours sportif exemplaire en individuel mais également en équipe, qui mérite d’être mis en avant. Sur la photo ci-dessus, on peut facilement l’identifier au milieu de ses partenaires de combat, c’est lui qui tient la coupe de France des clubs remportée par "Parentis en Born" en 1978. Ce trophée est le ticket de participation aux championnats d’Europe de karaté des clubs qui se déroulait en Belgique quelques mois plus tard et qui le récompensera avec ses coéquipiers d’un titre de vice-champion d’Europe après avoir affronté en Finale les redoutables Hollandais, dont la suprématie en pied poing était mondialement reconnue. Sur la photo ci-dessous, prise le jour de la finale, on reconnait Alain Berger debout à gauche. Pour moi il n’y a aucun problème d’identification, d’autant plus qu’à cette époque nous nous sommes retrouvés ponctuellement et sportivement. Le manque de sparring-partners l’avait poussé vers nous (mes frères et moi) pour préparer cette compétition. Nous fréquentions la salle de Boxe de Cenon où nous maintenions notre forme et où je préparais mes premiers diplômes d’entraineur. Manuel Lacasa nous avait autorisés à utiliser la salle en dehors des heures d’ouvertures, ce que nous fîmes certains dimanches matins. Avec mes frères nous nous relayions  round après round pour affronter Alain Berger qui était au top de sa discipline. Une discipline pied poing que je découvrais alors et dans laquelle je fis quelques incursions avec mes complices de toujours, mes fréres Raymond et Patrick. 

Finaliste coupe d'europe 1978 à Bruxelles

 

montage Karaté Alain Berger Sépia (2)

Alain Berger n’a jamais oublié la boxe de ses débuts qu’il a pratiqué pendant plus dix années (en anglaise et en américaine) au club de Villenave d’Ornon. Tous ceux et toutes celles qui ont connu sa gentillesse ne s’imaginent pas le guerrier qu’il était. Le combat était sa raison sportive.

 

 

 

 

 

08 avril 2019

CE1 école de filles de La Souys 1957/58

 

Je ne vais pas courir après vous les filles, pour obtenir vos noms. Ce n’est plus d’actualité. J’ai raccroché les pointes et je suis hors course. Alors, soyez sympas, ménagez mes jambes de vétéran en répondant directement dans la case "commentaire" si vous vous reconnaissez ou si vous identifiez des copines.. 

La souys Filles CE1 1957 1958

Sur cette photo de classe du cours élémentaire 1957/58 de l’école de la Souys, j’ai pu identifier sans trop de mal Brigitte Cuenca et Josette Passet assises côte à côte au milieu du premier rang. Pour les autres, je suis désolé, j’ai besoin d’un coup de main.

 

  

la souys 1958 CM1

 

Pour cette photo c’est le flou total. Il est vrai que cette classe des filles CM1 de l'école de la Souys (1958 ???) était loin de nos préoccupations (nous étions des grands de dix ans) d’autant plus qu’un mur séparait les filles des garçons. Les visages sont familiers mais je doute les avoir connues et fréquentées à cette époque. Dès le coup de sonnette libérateur qui annonçait la fin de la journée de classe, avec mes amis du quartier Jean Jaurès, nous nous empressions de rentrer à la maison (plus ou moins vite). Jean Jaurès ce n’était pas la porte à côté.

Sur cette photo je ne reconnais que Réjane Villarubias et Evelyne Donadieu.

 

 

 

 

02 avril 2019

Antoine Prioré

 

 

 

antoine prioré 2 sépia

Je ne suis pas un spécialiste pour juger les travaux d’Antoine Prioré, par contre je peux affirmer que le personnage était aussi fascinant que controversé. J’étais top jeune à cette époque pour évaluer la secousse occasionnée par ses inventions. Une onde de choc dont Floirac était l’épicentre et qui réveillait les scientifiques les politiques et les médias. C’est à l’angle du cours Gambetta (coté Floirac) et du chemin Ser qu’Antoine Prioré avait installé son laboratoire de recherche. Il faisait partie du paysage Floiracais, ou du moins en façade. Nous ignorions ce qui se passait à l’intérieur et à vrai dire ce n’était pas notre problème. Nos soucis d’adolescence et de jeunesse étaient tout autres.

 

Un demi-siècle plus tard je découvre dans des coupures de presse l’importance de ses inventions et entreprend quelques recherches qui confirment que personne autre que lui, ne connait le secret de fabrication d’un matériel qui a obtenu des résultats sur le traitement de certains cancers.

 

Locaux Antoine Prioré photo Sud ouest

J’aimerai témoigner,  mais, je ne suis qu’un mauvais témoin qui est passé à côté du 83 cours Gambetta, sans m’y intéresser outre mesure. Un faux témoin puisque j’ai recours à des articles d’époque pour raconter ce personnage hors norme.

 

                                                                                                                     

Pour lire l'article publié dans Sud Ouest le coupure presse sud ouest du 17 avril 2012 cliquer sur: 

 https://www.sudouest.fr/2012/04/17/l-inventeur-de-floirac-690174-2780.php

 

 

 

antoine prioré sépia

Antoine Priore (né le 10 avril 1912 à Trieste, décédé à Bordeaux en 1983) était un technicien spécialisé en électricité et électronique qui construisit à partir de 1960, plusieurs machines destinées à traiter le cancer. Malgré certains résultats spectaculaires sur des animaux, ayant donné lieu à une dizaine de communications officielles à l’académie des sciences, l’efficacité de son matériel sur les tumeurs cancéreuses humaines n'a pas été scientifiquement démontrée. Il s'est ensuivi de longues et virulentes controverses entre scientifiques de très haut niveau. Obsédé par le souci de garder le secret sur ses découvertes, Antoine Prioré est mort sans laisser de documents permettant de connaître le détail du fonctionnement de son procédé.

 

  

 

 

 Extrait de l’article de Science & Vie de décembre 2001

L’association française des médecins pour la recherche sur l’électrothérapie des cancers (Artec), un organisme privé dont le siège est à Cestas (Gironde), au cœur de la forêt landaise a contacté Science & Vie pour lui annoncer que l’onde Priore avait non seulement été retrouvée, mais qu’elle avait permis de traiter avec succès des souris cancéreuses ! Selon son directeur, le Dr Bernard Murzeau, médecin gériatre à Bordeaux, les expériences qu’il a menées montrent que l’effet du rayonnement Priore est bel et bien une réalité.

 

coupure presse du Journal Sud Ouest 

img022

 

 

 

 

 

LA FANTASTIQUE HISTOIRE DE PRIORE 

Antoine Prioré articles 005

http://www.priore-cancer.com/txtpriore_fr.htm

   

Posté par guy busquets à 05:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 mars 2019

Guernica

 

J'invite toutes mes amies et amis de floirac, de la rive droite et de la France métropolitaine (et pourquoi pas du reste monde) à lire mon dernier roman (420 pages) en version papier pour les nostalgiques ou numérisée pour les utilisateurs des liseuses et tablettes. 

Quel rapport avec les Enfants de Léo et Lébas de Garonne ???

C’est dans quartiers rive droite du bas et les collines du haut de Garonne que se déroule en partie Guernica, un roman qui nous plonge dans un passé Bordelais que les jeunes générations auront du mal à reconnaitre. 

Bordeaux Guernica montage colorisé 02

L'HISTOIRE: BORDEAUX 1994 : Guernica, dont l’imprimerie et le couple battent de l’aile, profite du Week-End de l’assomption pour faire un break cinématographique et gastronomique. La soirée, qui se prolonge dans une boîte de nuit, débouche sur une opportunité financière. Un coup de bol pour remettre les compteurs à zéro. Un zéro de conduite. C’est de l’argent sale qui l’entraine dans une spirale dramatique. Des morts et des coups fourrés. Ses réflexes d’antan reprennent le dessus. Guerni, comme on l’appelle familièrement dans le bourg de l’entre-deux mers où il croit s’être posé définitivement, n’a pas toujours été le bonasse père tranquille qu’imaginent ses proches.

Je tiens à préciser, que n’est pas une autobiographie mais une fiction ancrée sur des faits et des évènements plus ou moins réels. La narration à la première personne du singulier peut prêter à confusion, mais c’est bel et bien un roman aux engrenages parfaitement huilés qui nous captive jusqu’au final (ça n'engage que moi). Un récit prenant. De l’humour. De l’amour. De l’action. Une écriture parlée. Un parler étoffé de verbage. Des verbes qui ne figurent sur aucun dictionnaire mais qui sont utilisés dans le langage populaire de cette époque et plus particulièrement par Guernica qui en use et en abuse. Ça fait partie du personnage. Un personnage au passé obscur que les circonstances remettent dans les feux de l’actualité. 

 

 

Pour lire quelques extraits

http://auteurgbusquets.canalblog.com/archives/2019/03/06/37155241.html

www.amazon.fr/guernica-Guy-Busquets/dp/1729750036/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1549611835&sr=1-2&keywords=guernica+guy+busquets

http://auteurgbusquets.canalblog.com/

http://www.legantetlaplume.fr

 


28 mars 2019

école des filles de la Souys classe du certificat d'études 1947

 

école des filles 1947 la souys classe du cerificat d'études

Après Les grands frères de l’article précédent, ce sont les grandes sœurs que je mets en avant avec cette photo de la classe 1947 du certificat d’études de l’école de la Souys.

 

Elles ne côtoyaient pas les garçons sur les terrains de foot (du moins officiellement) et encore moins dans la cour de récréation. Le mur mitoyen entre les deux écoles ne préfigurait pas celui de Berlin mais était tout aussi efficace. Mais il n’y avait pas que la séparation physique, les activités scolaires étaient aussi bien tranchées. Dans les classes du certif les garçons s’activaient dans l’Atelier alors que les filles se perfectionnaient en couture en attendant le prince charmant qui à l’époque venait avec son demi course et ses pinces à vélo.

 

  

 

 

21 mars 2019

footballeurs floiracais 1947/48

 

 

Cette équipe de grands frères ou grands-pères pour certains, est celle du patronage de Sainte Thérèse de Floirac où les terrains du pré du curé comme nous les appelions à l’époque, allaient l’année suivante héberger le Stade Athlétique Bordelais devenu par la suite le SAB Floirac. C’est au cours de la saison 1948/49 que Monsieur Robert Matignon, son emblématique président pris en main les destinées du club  avec la réussite qu’on lui connait. Quand je parle de réussite c’e n’est pas la chance que j’évoque mais son dévouement dans une fonction qui l’implique dans un travail du quotidien. Un travail de fond pour la formation des jeunes mais surtout un investissement personnel qui dépasse le cadre sportif.  Monsieur Matignon a fortement influencé par son charisme le comportement la jeunesse de cette époque. Un grand monsieur dont  bon nombre d’anciens footballeurs lui doivent des carrières et des reconversions qui dépassent le cadre sportif.

 

photos patronnage Floirac 1949

 Debout rangée du haut.

 Caboblanco Jean(Frére de Denis et Claude) - X - Guerin - Duart Gilbert - X - X .

Accroupie rangée du Bas :

 Perez François dit Bautete - X - X - Luri Perin - Mintrosse Pierrot. 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur le SAB Floirac

 

http://memoirequartier.canalblog.com/archives/sab_et_cmf_foot_/index.html

http://memoirequartier.canalblog.com/archives/cm_floirac_saison__1975_1976/index.html 

http://memoirequartier.canalblog.com/archives/2019/02/06/36842991.html

 

 

 

 

 

 

18 mars 2019

programme du centenaire du foot Floiracais

Photos20190318_10571154 (1)

 

 

Photos20190318_10595997

Posté par guy busquets à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 mars 2019

où sont les filles ???

 

Ce n’est pas une reprise de la chanson de Parick Juvet, mais un appel pour compléter les photos envoyées par Michèle Baptistal et Hélène Parshéghian au tout début de l’existence de ce blog et reprises dans l’article du 6 novembre 2018. Ne vous fâchez pas si j’utilise vos noms de filles dans mes articles, c’est plus simple pour tout le monde et surtout pour celles qui se sont perdues de vue. A part quelques-unes d’entre vous qui ont complété les photos, on ne retrouve pas la spontanéité des garçons pour répondre aux appels d’identification. Je reconnais que c’est plus facile de retenir les noms de copains de jeux et de foot que ceux des copines de classe. Réveillez-vous les filles ! Montrez aux garçons que vos mémoires sont intactes.

 

 

école des filles Jean Jaurès 1958

école de Filles Jean Jaurès 1958

 rangée du  haut à partir de la gauche

Danièle Teil (1) X X D. Rossi(4)  X X Giron X X

 

3eme rang en partant du bas et de gauche à droite

X,X,X,X,X,X,X,X,X,X,X, Evelyne Grimaud(12) X Michèle Baptistal (14)

 

 

Second rang en partant du bas et de gauche à droite

 Marcillac(1), Anna Cuenca(2), MT Dubourg(4) Claudine Pineau(4) Les sœurs Anaspa en 5 et 6 XX J.Courrèges ,X,X

 

Second rang en partant du bas et de gauche à droite

X,Evelyne Donadieu (2)  X,Noel (4) Parreau (5) X, X, Figuéras (8) Marie Lys Soriano (9) X

 

En bas en bas premier rang à partir de la gauche

X, Evelyne Donadieu (2)  X, Noel (4) Parreau (5) X, X, Figuéras (8) Marie Lys Soriano (9) X

 

 

 

 

 

école des filles de la Souys 1960

photo classe école de la Souys

  rangée du  haut à partir de la gauche

Josiane Bonardo(1) Danièle Teil, (2) Evelyne Grimaud (3) Michèle Baptistal (4), Hélène Parséghian(5)
Françoise parrot


3eme rang en partant du bas et de gauche à droite

L.fatry

 

Second rang en partant du bas et de gauche à droite

 Marilys Soriano(5)  Claudine Pinaud (6)

 

En bas en bas premier rang à partir de la gauche

Réjane Villarubias(4).

 

 

 

 

Que font les filles ?

12 Juin 2018

Montages classes filles

Si dans mon article précédant je ne parle que des garçons, ce n’est pas par sexisme, mais par ignorance. A cette époque que ce soit à Jean Jaurès, à La Souys, à La Bastide ou ailleurs, les écoles publiques des filles et des garçons étaient bien séparées. Je ne peux donc pas évoquer ce qui se passait de l’autre côté du mur. Un immense mur éducatif (et répressif) qui heureusement est tombé bien avant celui de Berlin. Alors les filles, soyez sympas ! Au lieu de nous envoyer des courriers ou des commentaires sur un machisme inexistant, utilisez vos claviers pour nous raconter ce que vous avez vécu. Je sais que vous avez un beau brin de plume. Comme nous, vous avez été élevées à la sergent major, à l’encre violette et aux dictées quasi quotidiennes. Je me souviens de vos lettres de jeunesse au style parfait. Vous êtes plus douées que nous. Prenez le relais pour vous raconter. On veut savoir.

 

 

acceder directement à la rubrique "Les enfants de Léo et Lébas de Garonne" en cliquant sur

http://memoirequartier.canalblog.com/archives/les_enfants_de_leo_et_lebas_de_garonne__/index.html

 

 

 

 

 

  

 

Posté par memoirequartier à 05:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 mars 2019

carrefour de La Souys

  

 

 

Le carrefour de La Souys n’était pas un hypermarché comme son nom le laisserait croire, mais il n’en était pas moins le centre commercial et administratif de la commune. C’était le cœur de la ville. Un aboutissement et un départ (selon le sens) des principales artères qui reliaient Floirac au reste du monde (un petit monde entre deux mers). Un nœud névralgique où  La mairie, la poste, les écoles, les artisans et les commerçants centralisaient le quotidien de toute une population disséminée dans des quartiers plus ou moins éloignés. 

mairie de floirac sépia 0100

Sur ce cliché du début du XX° siècle on peut apercevoir à quelques encablures de la mairie, la pharmacie située à l'angle de l'avenue Pasteur et de la rue Jules Guesde. Cette prise de vue est forcément antérieure à 1922, année de l’inauguration du monument aux morts de la ville qui ne figure pas sur cette photo. Pour en savoir plus sur la mairie voir l'article du 20 janvier 2018 dans la rubrique "Floirac je me souviens" ou cliquer sur le lien ci-dessous pour un accés direct. 

http://memoirequartier.canalblog.com/archives/2018/01/02/35975296.html

 

 

mairie nouvel angle 03 sépia

La pharmacie est de toutes photos du carrefour. Un repère immuable tout comme l'Aquitaine cette superette des années cinquante soixante qui drainait une clientèle qui n'était pas exclusive au quartier. Ce carrefour était un lieu de passage trés fréquenté à cette époque.  

 

 

MAIRIE NOUVEL ANGLE SEPIA 

L'avenue Gaston Cabannes s'appelait à l'époque avenue A.Faure, après avoir été la route de La Tresne voire même auparavant route de Saint Macaire. Cette photo a été prise après 1922 date de l'inauguration du monument au mort que l'on entrevoit après la pharmacie et avant l'école de la Souys qui jouxtait la mairie. Pour en savoir sur ce monument voir l’article du 11 novembre 2018 dans la rubrique Floirac je me souviens ou cliquer sur lien ci-dessous pour un accès direct. 

 

http://memoirequartier.canalblog.com/archives/2017/11/11/35818497.html

 

 

montage mairie avec numeros 02

Il n’est pas nécessaire d’avoir fréquenté l’école de la Souys que l’on entrevoie sur les photo 1 et 2 pour savoir que ce carrefour était l’aboutissement ou le départ des quatre routes principales de ce quartier Floiracais. Quatre moins trois égale une. C’est mathématique et historique. Une histoire de nom de rues. Il en manque une pour compléter ce carrefour. Une route pentue et difficile dans les deux sens pour les hommes et les chevaux qui l’empruntaient à une époque où le Rébéedèch coulait à ciel ouvert. Cette cote de l’église comme nous l’appelions familièrement s’est reconvertie en avenue : «L’avenue François Mitterrand ».

 

 

 

 

Pour en savoir plus voir l’article du  25 novembre 2017 dans la rubrique "floirac je me Souviens" 

ou cliquer sur lien ci-dessous pour un accès direct.

http://memoirequartier.canalblog.com/archives/2017/11/25/35834434.html