papa bataille de lerida bleu

Mon père était un réfugié de 1939, qui comme la plupart des émigrés du quartier a combattu le Franquisme jusqu’au bout de la guerre. Je n’ai pas l’intention de refaire l’histoire,  je veux seulement rendre un hommage à tous ces parents dont on ignore le passé. Cicatrices,secrets, douleurs ou pudeur, peu importe les raisons, nous connaissons mal nos parents, tout comme nos enfants ignorent nos vies antérieures. Quelques photos et bribes de phrases interceptées, dévoilent en partie une facette inconnue que nous découvrons par hasard ou par une volonté délibérée de savoir. Je ne sais pas si c’est une bonne chose, mais ce que je sais, c’est que personnellement j’anticipe cette envie de connaissance en laissant derrière moi quelques écrits et photos. C’est d’ailleurs à partir de photos sauvées et de quelques pages d’un cahier d’écolier remplies par ma mère que je peux reconstituer ses premières années en France. Je ne m’attarde pas sur les camps d’internement et de travail pour venir directement à la raison de sa venue à Bordeaux. La raison du plus fort. Celle de l’occupant Allemand qui avait besoin de main-d’œuvre pour la construction de leur base sous-marine. 

 

base sous marine bleue

Les républicains espagnols constituaient un opportun vivier qu’ils s’empressèrent d’utiliser et donc d’héberger. Des dortoirs improvisés dont celui de la caserne Niel accueillaient ces travailleurs forcés qui ne résidaient pas sur leur lieu de travail et qui posaient problème. Un problème de distance, donc d’évasion. Pour limiter ces risques, les transports étaient groupés et encadrés, voir même écourtés. Au plus court pour rallier Bacalan depuis la Bastide (et vice-versa) c’était la navette fluviale spécialement affrétée pour les travailleurs espagnols qui n’étaient pas en mal de mer mais en mal de liberté.

  

montagne bacalan niel sépia

 Ramon Busquets torse nu place des Quinconces ....  sur le chantier de la base sous marine

traversée de la Garonne et assiette de soupe à la caserne Niel.  

caserne niel et républicains espagnols

La caserne Niel qui a été construite en 1876, pour abriter le 18 éme Escadron du train, était située sur la rive droite de la Garonne quai des Queyries. Après la défaite de 1940 ce bâtiment à vocation militaire a été naturellement investi par l’armée allemande qui s’y était installée pour surveiller les prisonniers espagnols chargés de construire la base sous-marine de Bacalan. Bon nombre de ces ouvriers forcés se font la belle lors du trajet à pied qu’ils effectuaient à  4 heures du matin pour rallier le chantier des bassins à flot. Des bagarres fictives, souvent après le passage du pont de pierre, favorisaient les évasions. Ce n’est donc pas pour leur confort que les autorités allemandes ont écourté leur temps de trajet par une traversée de la Garonne dans des embarcations surchargées. Il eut néanmoins des milliers d’évadés en gironde (2000 sur les 4000 internés à saint Médard) qui ont naturellement rejoint la résistance pour continuer à combattre le fascisme. C’est une autre histoire. Notre  histoire. La construction la base sous-marine de Bordeaux et ses conséquences directes dans lutte armée dans notre région et dans nos  quartiers, sont des sources inépuisables de petites et de grandes histoires que j’envisage d’éditer de temps à autre dans ce blog, pour les transmettre à nos enfants et petits-enfants.

Revenons à la caserne Niel qui à la fin de la guerre fut également un lieu de rencontre pour les Républicains Espagnols. Les quelques fêtes et bals populaires qui ont été organisés à la libération ont favorisé les unions avec des jeunes femmes de chez nous et plus particulièrement avec celles qui étaient d’origines espagnoles ou réfugiées de 1939.

 

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA CASERNE NIEL.

 https://defigrandesecoles.lexpress.fr/bordeaux-2016/2016/12/26/un-lieu-une-histoire-1-la-caserne-niel/

http://caserneniel.org/histoires-de-la-bastide-niel-darwin/ 

 

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA BASE SOUS MARINE  

http://www.paxaquitania.fr/2016/05/petite-histoire-des-bases-sous-marines.html

http://www.bordeaux-gazette.com/La-Republique-espagnole-a-l.html

https://coordination-caminar.org/blg/bacalan-ceremonie-a-la-base-sous-marine/