Ph. Dodier a posté un commentaire sur l'article du publié en janvier 2019 dans ce blog pour nous informer qu'il existe encore une voiture du tramway qui reliait Monrepos à Camarsac. 

 

Commentaire de Phillippe Dodier

"...  Merci pour votre témoignage de cette ancienne ligne !

Il reste une voiture de ce tramway au trains touristique de Guîtres... "

 


Il nous a également transmis le lien http://www.tvnp.fr/PFF/?p=1077 pour accéder directement au site du Patrimoine Ferroviaire Français dont voici un extrait 

Tramway-Camarsac-voiture-Df4

Voiture mixte première classe/fourgon construite en 1898 par la Compagnie Française de Matériel de Chemin de Fer Bonnefond à Ivry pour le Tramway Bordeaux-Camarsac, dont elle est aujourd’hui l’unique survivante. Radiée en 1923 en raison de l’électrification (rames de tramway à trolley), elle passa aux Chemins de Fer Economiques de la Gironde ou elle servit de wagon-réfectoire pour les ouvriers de la voie. Légèrement modifiée par les Ateliers de Lacanau-Médoc en 1948, elle fut passée en 3ème classe en 1952 et retourna en exploitation commerciale. Elle fut récupérée par l’Association Bordelaise des Amis du Chemin de Fer, qui la céda au Train Touristique de Guîtres en 1996.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              
le train de Camarsac
les enfants de Léo et lébas de garonne du 17 janvier2019

 

le train de camarsac à Monrepos

La ligne F du tramway suburbain, longue de 16 km, ralliait Floirac-Cenon à la commune de Carmarsac. Mise en service en janvier 1900 elle cessa son activité en 1949. Les locomotives à vapeur qui faisaient la navette ne dépassaient pas les 20 km/h. Il fallait 1h04 pour parcourir les 16 km d’un  trajet où il n’y avait pas d'arrêts obligatoires. Les voyageurs devaient avertir le conducteur en levant les bras en l'air pour obtenir l'arrêt du train autant pour y monter que pour en descendre...

Pour lire l'intégralité l’article du 17 janvier 2019 publié dans « Les Enfants de Léo et Lébas de Garonne » naviguez dans ce blog à la rubique Floirac je me souviens ou cliquer sur le lien ci dessous pour un accés diect.  

http://memoirequartier.canalblog.com/archives/2019/01/17/36599199.html